Accueil | Dans les médias | [Dauphiné Libéré] « L’école de la Croix Rouge reprend vie avec Ma Chance Moi Aussi »
Actualités
Retour à la liste des articles

[Dauphiné Libéré] « L'école de la Croix Rouge reprend vie avec Ma Chance Moi Aussi »

Chambéry
[Dauphiné Libéré] « L'école de la Croix Rouge reprend vie avec Ma Chance Moi Aussi »

Dauphiné Libéré
Vendredi 1er janvier 2021

 

L’association Ma Chance Moi Aussi poursuit son développement, en Savoie et dans d’autres départements de la Région Rhône-Alpes. Mais son camp de base est situé à Chambéry-le-Haut, dans un lieu hautement symbolique… Une ancienne école !

 

Depuis plus d’un an, l’association Ma Chance Moi Aussi est installée dans le bâtiment de l’école historique de la Croix Rouge. Un lieu dédié où l’association peut mener à bien ses missions d’accompagnement des enfants en difficulté éducative. En complément de l’école et aux côtés des parents, l’équipe de l’association, présidée par André Payerne, leur apporte un cadre éducatif, les savoirs de base et les valeurs permettant de s’ouvrir aux autres et de réussir. En cinq ans d’existence, déjà 180 enfants ont été accompagnés.

 

En cinq ans d’existence, déjà 180 enfants ont été accompagnés
En 2021, “Ma Chance Moi Aussi” va ouvrir une antenne pour la première fois en région parisienne, à Drancy. Un modèle qui fait école. Mais c’est à Chambéry-le-Haut, que tout a commencé.

 

André Payerne revient sur la genèse de l’association : « “Ma Chance Moi Aussi” a vu le jour le 18 novembre 2014. À cette époque, l’association accueille les premiers enfants dans les salles du Scarabée mises à disposition par la Ville de Chambéry. Pendant pratiquement deux années », se souvient-il, « nous avons expérimenté et consulté afin d’affiner notre ingénierie métier, les politiques d’accompagnement des enfants et des parents. Consciente des enjeux sociaux importants pour le quartier, la ville de Chambéry nous a fait confiance et a pris alors la décision de réhabiliter l’école historique de la Croix Rouge. »

 

Aujourd’hui, ce sont 72 enfants, qui sont accueillis et accompagnés dans les locaux de l’ancienne école rénovée. « Cet outil nous donne la possibilité d’accueillir dans de bonnes conditions les parents pour leur apporter notre soutien et les laisser au cœur de l’éducation de leurs enfants » insiste le président, qui voit du sens et « une obligation d’excellence » dans le fait d’être les nouveaux occupants de ce bâtiment historique qui leur est dédié.

 

Dans ces conditions, l’association a rapidement réfléchi à se structurer pour débuter son développement dans la région. « Nous nous sommes alors installés à Aix-les-Bains et Albertville, proche du siège, afin de nous assurer de notre capacité de pilotage de plusieurs établissements » commente le président.

 

« Fort des enseignements tirés, nous nous avons ouvert d’autres établissements depuis, dans cinq autres départements en Auvergne Rhône-Alpes. » Avec la future antenne en région parisienne, c’est désormais une nouvelle aventure qui commence, en 2021 pour “Ma Chance Moi Aussi”. Un modèle né à Chambéry-le-Haut, et qui continue de faire rayonner l’ancienne école de la Croix rouge.

 

L’école Croix Rouge, une longue histoire à Chambéry-le-Haut

Le bâtiment de l’école Croix Rouge qui voit passer depuis plus d’un siècle des véhicules mais reste un monument pour les anciens des Hauts de Chambéry. L’école de la Croix Rouge, première école laïque de Chambéry, a ouvert en octobre 1866, sous le second Empire, au lieu-dit l’Hermitage, dans la maison Duverney pour les garçons des villages de la Croix Rouge, de Pugnet, du Piochet de Caramagne.

 

A l’origine, c’est une école privée en partie subventionnée par la Ville. La République en fait en 1870 une vraie école laïque, uniquement aux frais de la Ville. La même année, le conseil municipal décide de l’ouverture d’une école de filles, la mairie finançant les traitements des enseignants et la location de la maison Chiron à côté de la maison Duverney. En janvier 1873, un incendie ravage les bâtiments qui sont reconstruits.

 

L’entrée, surmontée d’un clocheton, qui donne sur la route, est prolongée par deux escaliers qui mènent aux appartements de fonction à l’étage. Les deux salles de classe de gauche, au rez-de-chaussée, sont pour les garçons et les deux de droite pour les filles. Chacune des salles donne sur l’une des cours de récréation, à gauche pour les garçons, à droite pour les filles. Au-delà des cours de récréation se trouvent les jardins des instituteurs. En 1878, l’école compte 45 garçons et 95 filles. On lui rajoute l’année suivante une classe enfantine avec une institutrice adjointe et des cours pour adultes. A la fin du XIXe siècle l’école accueille aussi la 7e section de sapeurs-pompiers. En 1914, les deux écoles de la Croix Rouge regroupent 81 élèves et trois enseignants. Les classes ne sont pas mixtes même si l’école accueille des filles et des garçons.

 

De l’Annexion à Grande Guerre, les écoles communales ont été le creuset de la République mais aussi au cœur du contentieux entre l’Etat et l’Eglise. L’école laïque de la Croix Rouge a été particulièrement controversée. Dès la construction du lotissement de Chantemerle (1953), les locaux de la Croix Rouge s’avèrent insuffisants et d’autres écoles sont peu à peu édifiées sur le quartier. En 2001, l’école entre dans le réseau d’éducation prioritaire. En septembre 2012, l’école n’a plus qu’une classe, composée d’enfants des gens du voyage, qui est accueillie depuis dans l’école du Mollard.

 

Lire la suite de l’article

 

Partager l'article :
Ma Chance Moi Aussi utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les utiliserons pour l’amélioration de l’expérience utilisateur.